Accueil » Secteur industriel » Aéronautique » Airbus annonce son souhait de recourir plus à l’impression 3D
piece-airbus-impression3d

Airbus annonce son souhait de recourir plus à l’impression 3D

Airbus a annoncé la semaine dernière qu’ils souhaitaient faire plus appel à l’impression 3D pour la fabrication de pièces de leurs avions.
Pour des industries comme l’aéronautique, l’impression 3D apporte en effet de nombreux avantages par rapport à une production traditionnelle. Elle permet en effet de :
– Réaliser des itérations très rapides pour le test de pièces
– S’affranchir de nombreuses contraintes de la production manufacturière traditionnelle
– Diminuer les coûts de développement et de production
– Raccourcir les délais entre commande et production des pièces
– Relocaliser la production de certaines pièces sensibles
– Réfléchir sur de nouvelles formes, permettant d’alléger fortement le poids de pièces (de 30% à 55% de gain), sans en affaiblir les caractéristiques techniques
– Avoir un impact écologique bien moindre

Etude de réingénierie d'une pièce pour en diminuer le poids
Etude de réingénierie d’une pièce pour en diminuer le poids

Après de nombreux tests réalisés, sur du prototypage de pièces ou même sur la production de pièces finales pour les Airbus de la série 300 et principalement l’A350XWB, Airbus a souhaité lancer un programme par lequel ils vont intégrer plus massivement l’impression 3D dans leur production de pièces finales pour leurs avions.

Pour ce faire, Airbus a travaillé avec la société EOS, fabricant de machines, pour pousser les tests de la technologie DMLS (Direct Metal Laser Sintering) pour la production de pièces. Airbus a de plus signé un partenariat avec le MIT pour étudier la possibilité de production de pièces de très grande qualité (grande résolution).
EADS, le groupe auquel appartient Airbus, a signé un partenariat avec ESA (Agence Spatiale Européenne) pour travailler sur l’amélioration des process de fabrication de pièces par impression 3D, et sur la qualité des impressions là encore.

Airbus réfléchit de plus à faire recours à l’impression 3D pour la production de pièces de rechange sur de vieux appareils dont la production a été arrêtée. Elle leur permettrait en effet de ne plus avoir de stocks sur ces pièces et de produire à la demande en fonction des besoins de leurs clients. Ainsi elle leur permettrait de mieux répondre aux besoins de leurs clients.

Finalement, Airbus travaille sur un projet d’étude du fuselage de demain, qui pourrait être imprimé en 3D pour permettre des formes plus aérodynamiques et construites en une seule impression, permettant une meilleure solidité et durabilité. Ce n’est qu’une question de temps. S’ils y voient leur intérêt, les industriels seront capables de construire des imprimantes 3D de très grande dimension pour la fabrication de pièces hors norme.

Etude de fuselage nouvelle génération grâce à l'impression 3D
Etude de fuselage nouvelle génération grâce à l’impression 3D

N’hésitez pas à nous suivre sur Twitter, Google+ ou Facebook pour être tenu au courant des actualités de l’impression 3d.

A propos de Frederic Allard

Diplômé de l’Ecole Centrale Paris où j’ai suivi une spécialisation en Génie Industriel, j’ai par la suite créé plusieurs sociétés, dans le monde du conseil puis dans le Digital. Je suis actuellement Consultant en stratégie d'intégration d'innovations technologiques comme l'impression3D dans les entreprises, au sein de la société Septine. Je suis persuadé que la digitalisation des outils de production (et donc l'impression 3D) va induire de profonds changements dans la vie des industriels, des logisticiens et finalement dans nos vies au quotidien.