Accueil » Highlights » 3DHubs continue sa croissance insolente
repartition-geographique-imprimantes3d-reseau-3dhubs

3DHubs continue sa croissance insolente

Nous vous avons déjà parlé à plusieurs reprises de 3DHubs, notamment lors d’une interview de l’un de ses fondateurs Brian Garrett. Cette semaine, ce réseau d’imprimantes 3D a dépassé le stade des 10 000 imprimantes accessibles. Ceci leur permet a priori de mettre une imprimante 3D à moins de 10km d’un milliard de personnes.

croissance-nombre-imprimantes3d-reseau-3dhubs

L’année 2014 a été une année charnière puisque 3D Hubs est passé d’un réseau réunissant 2500 imprimantes 3D à un réseau de 10 000 imprimantes 3D. De plus, là où 3DHubs s’était développé plutôt en Europe (et même plutôt aux Pays Bas), aujourd’hui, la première ville néerlandaise est Amsterdam, avec 102 imprimantes 3D inscrites sur 3D Hubs. La ville la plus représentée est New York, avec 178 imprimantes 3D inscrites à date (Paris est cinquième de ce classement avec 102 imprimantes 3D inscrites – à égalité avec Amsterdam). C’est d’ailleurs un point très intéressant concernant ce réseau : il est extrêmement distribué : la ville la plus représentée sur le réseau correspond à moins de 2% du nombre total d’imprimantes du réseau…

Par cette distribution très éclatée, le réseau 3DHubs s’est construit une position de force qui sera difficile à contrer dans les années à venir. En imaginant que 3D Hubs continue à avoir une croissance insolente en 2015, le réseau devrait probablement pouvoir proposer une imprimante 3D à moins de 5km de ce même milliard de personnes…

Après, un réseau comme 3DHubs a aussi des points faibles.

Aujourd’hui, il n’y a pas de certification du niveau de technicité des différents propriétaires d’imprimantes 3D. Ainsi même si on trouve une imprimante 3D proche de chez soi, nous n’avons aucune certitude quant à la qualité réelle de l’impression que l’on va obtenir.

Une bonne imprimante 3D dans de mauvaises mains et on n’obtiendra pas forcément exactement ce que l’on souhaitait (déformations…). Un premier niveau de certification a été mis en place par 3DHubs dans le cadre de son partenariat avec FairPhone, afin de certifier certains fabricants des coques de téléphones. Aujourd’hui, 3DHubs utilise de plus un système de badges à la Foursquare, qui semble plus être un système de fidélisation des Hubs 3D, mais qui est en effet un premier niveau de certification pour certains de ces badges, notamment celui de Fairphone. Et ils testent chaque nouveau Hub sur l’impression d’une de leur mascotte (un marvin) à son inscription. Tout ceci est donc encourageant et montre la voie que souhaite suivre 3D Hubs. Et même s’ils restent assez simples, ces tests permettent de juger de la qualité « grosse maille » que l’on pourra obtenir d’un Hub. Cette étape mise en place est une nécessité pour un réseau qui grossit vite et qui veut contrôler a minima la qualité que vont recevoir ses clients particuliers. En revanche, pour aller travailler avec des clients professionnels et rivaliser sur ce point avec les Shapeways-like, il faudra aller bien au-delà.

La grande majorité des imprimantes 3D du réseau sont des imprimantes 3D personnelles, les imprimantes professionnelles représentant a priori moins de 15% du réseau.

fabricants-imprimantes3d-personnelles-3dhubs

Ceci fait que le nombre de personnes à proximité d’une imprimante 3D de qualité professionnelle est beaucoup moins élevé. A noter toutefois que la présence d’imprimantes 3D professionnelles s’est beaucoup renforcée en 2014, ce qui est une évolution intéressante du réseau. En proposant un large réseau d’accès à des matériels industriels, 3DHubs se positionne en potentiel concurrent d’un Sculpteo ou d’un Shapeways, ou encore d’un iMaterialise. Il est d’ailleurs probable que le réseau se développe de plus en plus vers du professionnel. En effet, 2014 a été une année compliquée pour l’impression 3D personnelle, en revanche 2014 a marqué une nouvelle étape dans l’introduction de l’impression 3D dans l’industrie (avec l’ouverture de centres de production à base d’impression 3D).

imprimantes3d-professionnelles-reseau3dhubs-janv2015

C’est ainsi sur ces sujets de professionnalisation du réseau que 3DHubs devrait probablement axer ses efforts sur l’année 2015, afin de se garantir une place de choix dans le paysage des prestataires d’impression 3D.

3DHubs est finalement dans une très bonne position pour observer le marché des imprimantes 3D. Ils ont d’ailleurs sorti en fin d’année dernière un guide d’achat d’imprimantes 3D, qui se base sur les retours obtenus des membres ayant inscrit une imprimantes 3D sur le réseau (producteurs). Ce sont près de 2280 possesseurs d’imprimantes 3D qui ont été interrogés, représentant plus de 230 modèles d’imprimantes différents. Vous pouvez retrouver ce guide d’achat d’imprimantes personnelles (principalement) sur leur site Internet.

N’hésitez pas à nous suivre sur Twitter, Google+ ou Facebook pour être tenu au courant des actualités de l’impression 3d.

[Edition : ce texte a été édité le 25 janvier]

A propos de Frederic Allard

Diplômé de l’Ecole Centrale Paris où j’ai suivi une spécialisation en Génie Industriel, j’ai par la suite créé plusieurs sociétés, dans le monde du conseil puis dans le Digital. Je suis actuellement Consultant en stratégie d'intégration d'innovations technologiques comme l'impression3D dans les entreprises, au sein de la société Septine. Je suis persuadé que la digitalisation des outils de production (et donc l'impression 3D) va induire de profonds changements dans la vie des industriels, des logisticiens et finalement dans nos vies au quotidien.