Accueil » Evénements » 3D Systems lance l’offensive contre l’injection plastique

3D Systems lance l’offensive contre l’injection plastique

Dans le cadre du salon Rapid 2014 à Détroit, 3D Systems vient de lancer une campagne sur les performances de l’impression 3D. Son objectif : convaincre ses clients, partenaires et investisseurs que l’impression 3D sera bien plus performante pour l’industrie que ne l’est aujourd’hui l’injection plastique.

Dans la vidéo tournée par 3D Systems que vous pourrez découvrir ci-dessous, vous découvrirez que la société a d’ores et déjà réussi à produire 2400 mini abat-jours sur ses machines SLA en 20 heures, ce qui donne un temps de production revenant in fine à 30 seconde par pièce. Ca peut paraître encore beaucoup, mais quand on sait que la production est ainsi relocalisée et que cela évite tous les problèmes et délais logistiques associés, l’impression 3D que propose 3D Systems sur ses machines de la gamme de production permettent déjà d’atteindre pour certaines pièces des résultats intéressants. En effet, les pièces sont de petites dimension et remplisse au mieux le bac de la machine, et il ne serait pas possible d’atteindre ces performances pour des pièces plus grandes. Mais c’est déjà un résultat très encourageant pour l’impression 3D.
Ainsi, si aujourd’hui, l’impression 3D pouvait déjà commencer à se rapprocher des performances de l’injection plastique, qu’en sera-t-il dans 10 ans ?
Dans cette vidéo, 3D Systems montre la courbe ci-dessous d’évolution des temps de fabrication comparés entre impression 3D et impression traditionnelle :

comparaison-evolutions-injection-plastique-impression3d-3dsystemsLe message est ici clair, 3D Systems entend envoyer un message : l’impression 3D non seulement concurrencera l’injection plastique en termes de vitesse d’impression, mais elle apportera qui plus est de nombreux avantages comme la production à la demande, sans moule nécessaire, et des logistiques probablement simplifiées.

Un autre sujet reste à regarder : comment vont évoluer la qualité des matériaux et des pièces produites afin de là aussi venir concurrencer l’injection plastique ? Une chose est sûre, une démarche initiée par menée par la commission UNM920 vise à définir les normes pour les matériaux et les procédés d’impression 3D en prévision de cette révolution qui s’annonce.

Vous pouvez découvrir ci-dessous la vidéo de 3D Systems :

N’hésitez pas à nous suivre sur Twitter, Google+ ou Facebook pour être tenu au courant des actualités de l’impression 3d.

A propos de Frederic Allard

Diplômé de l’Ecole Centrale Paris où j’ai suivi une spécialisation en Génie Industriel, j’ai par la suite créé plusieurs sociétés, dans le monde du conseil puis dans le Digital. Je suis actuellement Consultant en stratégie d'intégration d'innovations technologiques comme l'impression3D dans les entreprises, au sein de la société Septine. Je suis persuadé que la digitalisation des outils de production (et donc l'impression 3D) va induire de profonds changements dans la vie des industriels, des logisticiens et finalement dans nos vies au quotidien.