Accueil » Financement » LittleSLA, nouveau venu de l’impression 3D de résine

LittleSLA, nouveau venu de l’impression 3D de résine

Depuis 2 ans, quelques projets se sont lancés pour commercialiser des imprimantes 3D de résine abordables, principalement avec la technologie de stéréolithographie ou SLA. Le premier d’entre eux a été FormLabs (dont nous vous parlions la semaine dernière) avec sa Form1, issue des travaux d’une équipe de recherche du MIT. Cela permet ainsi à des utilisateurs passionnés ou professionnels (prosumers) d’avoir accès à de l’impression de résine, permettant une bien meilleure résolution et pour un prix raisonnable.
Aujourd’hui, nous vous parlons d’un nouveau venu sur l’impression de résine, LittleSLA, qui a la particularité de proposer une démarche opensource. LittleSLA est un nom assez trompeur, puisqu’il ne se base pas sur une technologie SLA dans sa version originale, mais sur une technologie proche, le DLP ou Digital Light Processing (ils s’appelaient d’ailleurs LittleDLPer avant de devoir changer de nom pour LittleSLA pour des raisons de droit des marques).

trex-littlesla-imprimante3d-sla

Le fait d’avoir choisi une technologie DLP permet une grande vitesse d’impression. En effet, l’impression d’une couche prendrait environ 6 secondes. Ce qui fait que la machine imprime 600 couches en 1 heure, quelle que soit la taille de l’objet à imprimer (dans la limite de la petite taille de la build zone de 6cm * 4cm, sur une hauteur de 10cm).
Ainsi pour construire un objet de 10 cm de haut à la résolution de couche de 50 microns, l’imprimante prendra un peu moins de 3 heures et demi. Les autres technologies auraient une durée d’impression dépendante de la forme de l’objet mais pourraient aller à de nombreuses heures d’impression.

L’objectif est-il de reproduire pour le DLP ce qu’est la RepRap pour le FDM (fil de plastique fondu), c’est-à-dire le projet opensource de référence qui fédère une large communauté de contributeurs passionnés ? L’avenir seul le dira. Une chose est sûre, ils essaient de reproduire une démarche proche, même si non similaire, en ayant conçu cette imprimante de manière à ce qu’un maximum de pièces puissent être produites par les membres de la communauté.

Pour commencer à fédérer leur communauté et réduire le prix des pièces nécessaires en espérant des volumes importants, LittleSLA prépare actuellement sa campagne de lancement sur Kickstarter. Vous pourrez retrouver des informations sur le projet LittleSLA sur leur site Internet. Tous les plans de la machine seront rendus disponibles à la fin de leur campagne Kickstarter, donc vraisemblablement dans quelques semaines. La licence associée sera en Creative Commons cc-by-nc-sa, signifiant que l’on pourra reprendre les plans pour des projets non commerciaux, en proposer des modifications ou évolutions, avec une simple obligation de mention de paternité et de diffusion des évolutions dans les mêmes conditions.

N’hésitez pas à nous suivre sur Twitter, Google+ ou Facebook pour être tenu au courant des actualités de l’impression 3d.

A propos de Frederic Allard

Diplômé de l’Ecole Centrale Paris où j’ai suivi une spécialisation en Génie Industriel, j’ai par la suite créé plusieurs sociétés, dans le monde du conseil puis dans le Digital. Je suis actuellement Consultant en stratégie d'intégration d'innovations technologiques comme l'impression3D dans les entreprises, au sein de la société Septine. Je suis persuadé que la digitalisation des outils de production (et donc l'impression 3D) va induire de profonds changements dans la vie des industriels, des logisticiens et finalement dans nos vies au quotidien.