Accueil » Highlights » Rencontre avec Loic Ledoux, fondateur de RedProto

Rencontre avec Loic Ledoux, fondateur de RedProto

Loic Ledoux de Redproto startup de modelisation3dAujourd’hui, nous vous proposons de découvrir le service RedProto, au travers de l’interview de son fondateur Loïc Ledoux.

Bonjour Loic, pouvez-vous nous présenter votre société RedProto ?

Bonjour, RedProto est un service web permettant d’obtenir un modèle 3D imprimable, à partir de simples croquis ou de photos.
Ce service est possible grâce à notre réseau de designers 3D indépendants, identifiés pour leur expertise tant en design qu’en impression 3D, ainsi que pour leur fiabilité et leurs tarifs compétitifs.

Pour un exemple concret, ci-dessous un dessin :

personnage-manga-croquis-redproto

Pour lequel nous avons fait cette modélisation :

resultat-modelisation3d-dessin-redproto

Ce qui rend en 3D :

Comment avez-vous eu l’idée de cette activité ?

De manière assez banale, je tente de résoudre un problème auquel j’ai été confronté.
Je n’avais pas le temps de m’occuper de la modélisation d’un objet. Je suis alors passé par une grande plateforme de freelances et j’ai eu une très mauvaise expérience. Entre un designer qui ne savait pas réellement adapter un modèle pour l’impression 3D, et un autre qui n’arrêtait pas de négocier sa prestation à la hausse, j’ai finalement pris deux semaines pour trouver la bonne personne.
Quand on sait qu’il ne fallait pas plus d’une demi-journée à un pro pour faire le travail, je me suis dit qu’il y avait surement un meilleur moyen pour répondre à ce besoin !
Par ailleurs, beaucoup de messages sur l’impression 3D partagés via les réseaux sociaux laissaient penser qu’en dépit des outils accessibles comme Sketchup ou Tinkercad, les gens n’ont pas forcément le temps ou l’envie de se mettre à la modélisation 3D. C’est un métier à part entière.

Qui sont vos concurrents ?

Il est possible de trouver des designers 3D sur les plateformes généralistes comme odesk ou freelancer.com.
Certaines sociétés proposant des services d’impression 3D intègrent également à leur offre des prestations de modélisation.

Qu’est-ce qui vous différencie sur votre secteur ?

Nous évitons aux clients tous les écueils potentiels d’un projet réalisé par un freelance : délais élastiques, remise en cause du prix de la prestation à mi-parcours, modèle non conforme aux attentes, aller-retours infructueux …
Les clients ont un besoin simple : passer de l’image à la 3D. Notre travail est d’y répondre en réduisant au maximum le temps qu’ils y accordent.

Comment gagnez-vous de l’argent ?

Nous prenons une commission de 15 à 20% sur les prestations.

Quel est le principal facteur de croissance pour votre société ?

Notre croissance est appelée à suivre celle du marché global de l’impression 3D – à savoir 32,3% par an, entre 2011 et 2013 tout de même ! Plus il y aura d’imprimantes vendues, plus le besoin en modèles 3D spécifiques sera important.
Nous sommes également très attentifs à l’évolution technique des imprimantes. Dans un futur proche, davantage de matériaux pourront être imprimés, ce qui élargira la palette d’usages possibles et donc également le besoin en modèles.

Quel est le principal frein à son développement ?

Sur le marché grand public, l’information transmise par les médias est partielle et très spéculative. Si les progrès technologiques ne suivent pas rapidement, il risque d’y avoir de la déception.
Pour les professionnels, en revanche, les avantages de la technologie sont déjà bien compris (pour la réalisation de maquettes et de prototypes) et il serait étonnant de voir un ralentissement de la croissance du marché dans les années à venir.

Avez-vous déjà réalisé ou prévoyez-vous une levée de fonds ?

Une levée de fonds de type « love money » a été réalisée pour mettre la société sur les rails. Par ailleurs, RedProto fait partie des lauréats du concours 101projets et a donc reçu un investissement de 25 000 €. Une levée de fonds plus importante sera envisagée en 2015 si le modèle économique est validé.

Impression 3D : évolution ou révolution ?

C’est une évolution majeure aujourd’hui. Les progrès réalisés par les imprimantes 3D en 10 ans sont considérables en termes de vitesse, matériaux, fiabilité, etc. L’usage est bien plus accessible également ; au début des années 2000 il était bien téméraire d’acheter une imprimante plutôt que de passer par un prestataire. Aujourd’hui de nombreuses sociétés, même de taille moyenne, n’hésitent pas à s’équiper pour réaliser leurs maquettes en interne.
Pour le grand public, l’impression 3D ravit surtout les bricoleurs et autres passionnés, qui ont enfin un moyen simple et relativement peu couteux pour fabriquer leurs objets. Au-delà de ce type d’usages créatifs, les applications de masse vont apparaître au compte-goutte.

Quel est le meilleur conseil que l’on vous ait donné dans le cadre du développement de votre activité ?

« Ecoute tes clients ». C’est le B-A BA pour toute activité, et surement d’autant plus valide dans un marché encore naissant où sonder les besoins des clients permet d’identifier les plus belles opportunités de croissance !

Merci Loic pour cette interview qui nous a permis de découvrir l’activité de RedProto.

N’hésitez pas à nous suivre sur Twitter, Google+ ou Facebook pour être tenu au courant des actualités de l’impression 3d.

A propos de Frederic Allard

Diplômé de l’Ecole Centrale Paris où j’ai suivi une spécialisation en Génie Industriel, j’ai par la suite créé plusieurs sociétés, dans le monde du conseil puis dans le Digital. Je suis actuellement Consultant en stratégie d'intégration d'innovations technologiques comme l'impression3D dans les entreprises, au sein de la société Septine. Je suis persuadé que la digitalisation des outils de production (et donc l'impression 3D) va induire de profonds changements dans la vie des industriels, des logisticiens et finalement dans nos vies au quotidien.