Accueil » Highlights » Le projet Robohand lance un centre de production équipé de 50 imprimantes 3D
imprimantes3d-robohand-centre-de-production

Le projet Robohand lance un centre de production équipé de 50 imprimantes 3D

Nous vous avons déjà parlé du projet Robohand dans différents articles, et de la façon dont il pouvait nous amener à penser la médecine autrement.
Aujourd’hui le projet Robohand, initié par Richard Van As, change d’échelle : il ouvre, en partenariat avec le « College of the Ouachitas » aux Etats Unis, un centre de production pour Robohand, équipé de 50 imprimantes 3D Replicator 2 de Makerbot Industries.

Le partenariat avec cette université américaine va aussi permettre aux étudiants de l’université d’avoir accès à ces imprimantes 3D pour se familiariser avec la technologie et être formés sur le projet Robohand : cela passe par apprendre à régler au mieux les machines ou encore par l’optimisation des pièces pour une meilleure production. Et cette partie éducation est primordiale pour Robohand dont le leitmotiv est #EnableOneEnableMany.

Ce nouveau développement de Robohand suit de près l’annonce faite par Robohand en mai de Roboleg, une prothèse fonctionnelle de jambe low cost. Les prothèses de jambe sont a priori plus complexes à réaliser avec des imprimantes 3D type Replicator, car elles doivent pouvoir supporter le poids d’une personne.
De même que pour Robohand, l’équipe projet qui s’est réunie autour de Roboleg s’est rendue compte que les principaux problèmes à résoudre étaient le confort des appuis et la mécanique des prothèses. Ils ont donc travaillé avec de nombreuses personnes ayant besoin d’une prothèse de jambe afin de développer leur Roboleg.

roboleg-impression3d-robohand
Roboleg, le nouveau projet de Robohand

Robohand continue donc ses passionnants développements vers des dispositifs médicaux open, simples, fonctionnels et low cost pour aider des personnes handicapées, grâce principalement à la technologie d’impression 3D. Le projet fédère largement autour d’une idée simple et altruiste. Des partenariats avec des universités sont très intelligents car ce sont des projets où tout le monde gagne :

  • Robohand par une plus grande capacité de production tant en nombre d’imprimantes 3D qu’en personnes formées et aptes à gérer la production,
  • l’Université qui peut ainsi proposer aux élèves des projets concrets d’apprentissage d’une nouvelle technologie,
  • les étudiants qui peuvent avoir accès à des imprimantes 3D,
  • et finalement, les personnes ayant besoin d’une prothèse personnalisée.

Une chose est sûre, Ce projet est d’ores et déjà une vraie disruption en marche, et il n’est pas près de s’arrêter.

N’hésitez pas à nous suivre sur Twitter, Google+ ou Facebook pour être tenu au courant des actualités de l’impression 3d.

A propos de Frederic Allard

Diplômé de l’Ecole Centrale Paris où j’ai suivi une spécialisation en Génie Industriel, j’ai par la suite créé plusieurs sociétés, dans le monde du conseil puis dans le Digital. Je suis actuellement Consultant en stratégie d'intégration d'innovations technologiques comme l'impression3D dans les entreprises, au sein de la société Septine. Je suis persuadé que la digitalisation des outils de production (et donc l'impression 3D) va induire de profonds changements dans la vie des industriels, des logisticiens et finalement dans nos vies au quotidien.