Accueil » Financement » La Corée du Sud dévoile son programme ambitieux pour l’impression 3D
coree-du-sud-technologies

La Corée du Sud dévoile son programme ambitieux pour l’impression 3D

La Corée du Sud croit en l’impression 3D et souhaite parier sur le fait que cette technologie, associée à d’autres, permettra à l’avenir de garantir une croissance économique soutenue pour la Corée du Sud et la création d’emplois à valeur ajoutée.

Cette semaine, le Ministre Coréen de l’Infrastructure et des Technologies et le Ministre du Commerce et de l’Industrie ont dévoilé un peu plus leur plan pour transformer cette vision en réalité. La Corée du Sud est un pays technologiquement avancé, où les taux de pénétration de téléphones mobiles et d’internet sont très élevés et les débits accessibles pour Internet sont également parmi les plus élevés au monde. C’est donc un pays qui depuis de nombreuses années investit lourdement dans son infrastructure technologique. Cette infrastructure devient ainsi l’un des principaux actifs du pays de Samsung. Voyant les autres puissances économiques, et surtout les US, la Chine et Singapour investir massivement dans l’impression 3D, les technologies et les infrastructures, la Corée du Sud a souhaité lancer un programme leur permettant de conforter leur avance technologique, incluant entre autres l’impression 3D.

L’avenir de leur infrastructure technologique se fera selon 4 axes principaux : l’Internet des Objets, le Big Data, le e-commerce et l’impression 3D. Ces 4 technologies sont complémentaires et seront les briques de l’infrastructure industrielle digitale de demain de la Corée du Sud.

ambition-coree-du-sud-impression3d

Pour concentrer notre propos sur l’impression 3D, le point de vue de la Corée du Sud est que l’Etat doit soutenir la construction de cette infrastructure afin de permettre le développement de l’impression 3D grand public à moyen terme. Aujourd’hui, l’impression 3D ou fabrication additive est une technologie qui reste majoritairement professionnelle, industrielle même. La Corée du Sud souhaite aujourd’hui préparer un avenir où l’impression 3D entrera dans les foyers des sud-coréens et leur permettra de fabriquer des objets intelligents, ou leur permettra de les commander en ligne, par commande vocale, ou commande par device intelligent.
L’impression 3D, associée aux trois autres technologies, doit permettre à la Corée du Sud de rentrer dans l’ère d’une production industrielle digitale et agile. Cette agilité doit être atteinte en 3 étapes. Nous sommes aujourd’hui selon eux dans l’impression 3D 1.0 avec un outil de personnalisation encore peu poussé. La deuxième étape se nomme « Production basée sur des commandes à distance » (Remote Order-based Production), qui doit donner un accès facilité à ces technologies dans le cadre du e-commerce par exemple. Cette étape devrait être affinée dans les 2 années à venir. Une dernière étape sera le « Service à Intelligence intégrée » (Intelligence Integrated Service), qui, par une communion entre ces 4 technologies, doit garantir une intégration naturelle de l’acte d’achat d’objets personnalisés dans la vie de tous les jours.

Il est donc ici très intéressant de voir un pays comme la Corée du Sud réfléchir à l’impression 3D dans le cadre de la construction d’un écosystème technologique complet, et non pas comme une technologie indépendante. L’impression 3D n’est pas une fin en soi, mais plutôt une des technologies qui devrait permettre d’améliorer l’expérience d’achat ou d’interaction avec un produit. La réflexion est donc lancée là-bas. La Corée du Sud a également compris que l’Etat devait être leader dans cette réflexion car il s’agit de construire une infrastructure lourde, stratégique.
Nous espérons vivement que ces réflexions vont devenir plus concrètes en France également afin de nous garantir un rôle de leader et non de suiveur technologique sur les sujets de la production digitale. Des initiatives sur l’Usine du Futur sont en cours, mais au-delà d’une réflexion technologique sur les simples moyens de production, c’est l’expérience utilisateur et l’usage qui doivent aussi guider nos réflexions sur l’intégration des technologies. En cela, la Corée du Sud a pris de l’avance sur nous.

N’hésitez pas à nous suivre sur Twitter, Google+ ou Facebook pour être tenu au courant des actualités de l’impression 3d.

A propos de Frederic Allard

Diplômé de l’Ecole Centrale Paris où j’ai suivi une spécialisation en Génie Industriel, j’ai par la suite créé plusieurs sociétés, dans le monde du conseil puis dans le Digital. Je suis actuellement Consultant en stratégie d'intégration d'innovations technologiques comme l'impression3D dans les entreprises, au sein de la société Septine. Je suis persuadé que la digitalisation des outils de production (et donc l'impression 3D) va induire de profonds changements dans la vie des industriels, des logisticiens et finalement dans nos vies au quotidien.