Accueil » Highlights » Google n’utilisera finalement pas l’impression 3D de 3D Systems pour son projet ARA
projet-ara-google-3dsystems

Google n’utilisera finalement pas l’impression 3D de 3D Systems pour son projet ARA

La sentence est tombée dans le courant du mois d’octobre sans faire plus de bruit. Mais elle a pris un tour plus officiel depuis que cette nouvelle a été reprise dans la presse spécialisée.

Google a ainsi annoncé par le biais de son directeur du projet ARA, Paul Eremenko, qu’elle n’allait finalement pas utiliser l’impression 3D pour la fabrication de ses modules du téléphone.

Le projet ARA est un projet de téléphone modulaire, chaque module portant une caractéristique technique de l’appareil (stockage, processeur, antennes…). L’idée du projet est de permettre à son propriétaire de le faire évoluer dans le temps pour ne jamais avoir un téléphone obsolète. L’impression 3D devait alors permettre de personnaliser totalement les modules dans leur look.

Pour ce projet, 3D Systems a travaillé en étroite collaboration avec Google afin de faire évoluer un projet de recherche qu’elle avait déjà débuté avant ce partenariat : créer une ligne de production par fabrication additive. 3D Systems présentait ce projet il y a quelques mois, annonçant une machine capable d’imprimer 50 fois plus vite que les machines actuelles de Material Jetting.

C’est donc un revers certain pour 3D Systems, qui pouvait espérer profiter à la fois d’un effet de buzz et d’un niveau de production élevé dans le cadre de ce partenariat. A l’inverse, c’est donc un retour à la réalité pour tout le secteur de l’impression 3D. Aujourd’hui, l’impression 3D reste une technologie trop chère, trop lente et pas suffisamment qualitative pour intéresser les industries travaillant en B2C. Il faudra donc attendre encore quelques années, et il y a beaucoup de travail de recherche à accomplir. Les technologies de demain ne seront probablement pas les technologies d’aujourd’hui, même si les bases sont déjà là.

Paul Eremenko, directeur du projet ARA, est d’ailleurs persuadé du potentiel à long terme de la technologie, et semble certain que Google sera l’un des utilisateurs de cette technologie, permettant d’atteindre une niveau de personnalisation jamais égalée. Donc l’impression 3D semble toujours promise à un futur prometteur, mais pas pour tout de suite.

N’hésitez pas à nous suivre sur Twitter, Google+ ou Facebook pour être tenu au courant des actualités de l’impression 3d.

A propos de Frederic Allard

Diplômé de l’Ecole Centrale Paris où j’ai suivi une spécialisation en Génie Industriel, j’ai par la suite créé plusieurs sociétés, dans le monde du conseil puis dans le Digital. Je suis actuellement Consultant en stratégie d'intégration d'innovations technologiques comme l'impression3D dans les entreprises, au sein de la société Septine. Je suis persuadé que la digitalisation des outils de production (et donc l'impression 3D) va induire de profonds changements dans la vie des industriels, des logisticiens et finalement dans nos vies au quotidien.