Accueil » Evénements » L’impression 3D au CES 2015
ces-2015-lasvegas-impression3d

L’impression 3D au CES 2015

L’impression 3D a rencontré un grand engouement cette année au CES, tant au niveau des exposants, avec plus de 50 exposants différents, qu’au niveau du nombre de visiteurs ! L’année dernière avait été charnière car l’impression 3D avait eu accès à son carré dédié pour la première fois. C’est donc confirmé cette année, l’impression 3D est devenue une section à part entière du Consumer Electronic Show de Las Vegas.

Là où l’année dernière, 3D Systems avait misé énormément sur la communication et les lancements de produits sur ce salon, afin de profiter de l’effet de nouveauté et de communication, cette année a été plus calme de ce point de vue.

Concernant les annonces principales, on peut tout d’abord parler de Makerbot, qui a développé une nouvelle gamme de matériaux PLA permettant d’imprimer en bois, en pierre, en fer ou en bronze. Pour être plus précis, ces filaments permettent d’obtenir un rendu proche de celui qu’aurait l’objet s’il était produit dans le matériau brut. Mais il s’agit de PLA dans lequel ont été ajoutées de nombreuses particules de matériaux (pierre pour de la pierre, fer pour le fer…) afin de donner des propriétés de rendu visuel et également des propriétés physiques plus proches de l’objet final. Ce sont donc des filaments qui vont permettre d’obtenir des prototypes plus proches de la réalité souhaitée, tant en termes de visuel qu’en termes de propriétés physiques (poids, magnétisme pour le fer…).

impression3d-makerbot-industries-nouveaux-materiaux

Ce n’est qu’une demi nouveauté, en effet ces filaments ont déjà été commercialisés pour certains depuis plus d’un an par ColorFabb. Nous vous parlions également de filaments de marbre en 2013. La nouveauté est qu’aujourd’hui, Makerbot propose ses propres filaments, et donc (et surtout) les bons paramétrages machine afin d’obtenir des rendus propres sur les Makerbot. Ces filaments devraient être commercialisés par Makerbot vers la fin de l’année 2015.

De son côté, Ultimaker annonce deux nouvelles imprimantes dérivées de sa Ultimaker 2 et complète ainsi son offre pour s’aligner avec la gamme développée par Makerbot Industries et présentée lors du précédent CES. En effet Ultimaker développe désormais une Ultimaker 2 Extended, qui n’est pas sans rappeler la Z18 de Makerbot. Et la société propose dorénavant également une Ultimaker 2 Go, qui n’est pas sans rappeler la Makerbot Mini.

En revanche, là où Ultimaker ne semble pas souhaiter s’aligner sur Makerbot, c’est sur les prix puisque ces machines seront bien moins coûteuses que leurs rivales :

  • 1195€ pour la Ultimaker 2 Go contre 1599€ pour la Replicator Mini de Makerbot
  • 2495€ pour la version extended, contre 7700€ pour la Z18 chez Makerbot

Vous pouvez retrouver les deux photos de famille ci-dessous :

gamme-ultimaker-ces-2015-imprimantes3d

gamme-imprimantes3d-makerbot-industries-replicator

Ces nouvelles machines seront commercialisées en avril 2015. En attendant, vous pouvez les admirer en vidéo ci-dessous :

L’année 2015 semble être l’année du Grand Public pour 3D Systems. Les utilisations présentées pour l’impression 3D sont tournées autour des accessoires de mode ou des objets de loisir. Cette année, leur seule annonce de produit marquante a été celle de CocoJet, une imprimante 3D de chocolat, qui va venir rivaliser avec la ChocEdge, distribuée en France par Shapelize. CocoJet a été développée en partenariat avec Hershey’s, spécialiste américain du chocolat. La technologie semble très proche de celle de la ChocEdge, avec une seringue qui contient le chocolat, fondu à une température d’environ 50°C afin de ne pas perdre ses qualités gustatives. Elle va permettre l’impression de bonbons en chocolat noir, au lait ou blanc. Elle devrait être commercialisée dès le mois prochain, sans que nous n’en connaissions pour le moment le prix. Avant cela, vous pouvez déjà la découvrir en vidéo ci-dessous :

Une autre évolution intéressante est le lien de plus en plus fort entre réalité virtuelle et réalité concrète via impression 3D. Pour le moment, 3D Systems s’intéresse à l’apport de la réalité virtuelle pour la modélisation 3D en signant un partenariat avec Oculus Rift. Mais cela pourrait aller bien plus loin. Pourquoi ne pas acheter des objets dans la réalité virtuelle, et les imprimer pour pouvoir en profiter aussi dans la vie physique ?…

Pour faciliter la création de modèle 3D, Fuel 3D lance de son côté au CES son Scanify Handheld 3D Scanner qui devrait permettre de réaliser une capture 3D d’un objet en un dixième de seconde avec une résolution de capture de 0,35mm. Fuel 3D avait lancé il y a un an et demi une campagne Kickstarter pour lancer son scanner, grâce à laquelle la jeune société avait levé 300K€. Depuis, elle a levé des fonds plus conséquent (5M€ pour accompagner la commercialisation de ses scanners et développer de nouveaux produits. Au CES cette année, elle lance donc Scanify, scanner 3D de poche qui permet de faire une capture 3D d’un objet ou d’un visage de façon quasi instantanée. Il faudra tout de même débourser 1490$ pour pouvoir acheter un scanner 3D Scanify.

scanner3d-fuel3d-scanify

Une autre initiative à noter en termes de scanning 3D est celle de BQ qui a présenté sur son stand la machine Ciclop, un scanner 3D opensource (il fait partie de la gamme DIY products de BQ), fonctionnant sur le principe même du Digitizer de Makerbot. Et tout comme le Digitizer de Makerbot, une saisie d’image devrait prendre de l’ordre de quelques minutes (beaucoup moins impressionnant que le Scanify). Et malgré ces performances bien en dessous et son aspect opensource, le Ciclop devrait être commercialisée dans les prochains mois pour un prix avoisinant les 500$ (au lieu tout de même de plus du double côté Makerbot…). Cela signifierait-il que les métiers de fabricants de scanner et de fabricant d’imprimantes 3D sont si différents que les fabricants d’imprimantes 3D feraient mieux de laisser les spécialistes du scanner 3D travailler sur la capture d’images 3D. Peut-être… Quand on voit les résultats obtenus au bout de plusieurs minutes de capture avec le Digitizer, on se dit que le Ciclop ne sera pas forcément bien meilleur…

ciclop-bq-scanner3d

Sculpteo continue à innover sur sa plateforme. Elle offre d’ores et déjà de nombreux services pour aider ses clients ou futurs clients à mieux optimiser leurs commandes. Aujourd’hui Sculpteo lance FinalProof, un outil qui va permettre d’avoir une meilleure idée du rendu final de l’objet imprimé, en prenant en compte par exemple des déformations qui pourraient avoir lieu en fonction de la technologie choisie.

Finalement, côté professionnel, on notera qu’HP a choisi de travailler avec Intel pour équiper en processeurs Intel Core i7 ses machines de fabrication additive, annoncées pour 2016. Grâce à ce partenariat avec Intel, HP compte multiplier par 10 la vitesse d’impression des machines d’aujourd’hui.

Cette annonce faite en commun par HP et Intel est une grande nouvelle pour Intel, à qui elle devrait ouvrir un marché certain sur l’équipement de machines de nombreux concurrents de HP.

N’hésitez pas à nous suivre sur Twitter, Google+ ou Facebook pour être tenu au courant des actualités de l’impression 3d.

A propos de Frederic Allard

Diplômé de l’Ecole Centrale Paris où j’ai suivi une spécialisation en Génie Industriel, j’ai par la suite créé plusieurs sociétés, dans le monde du conseil puis dans le Digital. Je suis actuellement Consultant en stratégie d'intégration d'innovations technologiques comme l'impression3D dans les entreprises, au sein de la société Septine. Je suis persuadé que la digitalisation des outils de production (et donc l'impression 3D) va induire de profonds changements dans la vie des industriels, des logisticiens et finalement dans nos vies au quotidien.