Accueil » Evénements » Un nouveau consortium pour casser les limitations logicielles de l’impression 3D
consortium-3mf-microsoft-autodesk-dassault-shapeways-hp-slmsolutions-netfabb

Un nouveau consortium pour casser les limitations logicielles de l’impression 3D

Lors de sa conférence Build 2015, Microsoft a annoncé la création d’un nouveau format de fichiers pour l’impression 3D, le .3MF qui va venir concurrencer le format .STL mis en place par 3D Systems dans la fin des années 80. Malgré son mérite d’avoir existé et tenu une industrie pendant plusieurs décennies, le format .STL atteint probablement aujourd’hui ses limites pour certaines utilisations nouvelles. En effet, même s’ils est optimisé pour rendre compte des rendus produits dans l’espace, le format STL ne permet pas de porter des informations complémentaires importantes si on veut permettre une impression réellement personnalisée : la couleur et les textures…

Dans son annonce, Microsoft insiste sur l’évolutivité nécessaire d’un format associé aujourd’hui à la fabrication additive. En effet, nous sommes dans une période où la technologie évolue très rapidement et les possibilités offertes par ces technologies également. Un format adapté à ce marché se doit donc d’être évolutif, afin de pouvoir s’adapter aux possibilités offertes dans le futur par les machines.

modelisation3d-3mf-couleurs-textures

Pour permettre l’adoption d’un nouveau format de fichier, il faut tout d’abord garantir son bon fonctionnement avec la majorité des logiciels utilisés aujourd’hui pour la fabrication additive.

logo 3MFEt il faut également le promouvoir auprès des acteurs du secteur, ainsi qu’auprès des utilisateurs finaux. Afin de répondre à cette double nécessité, le développement de ce nouveau format a été fait dans le cadre d’un consortium bien nommé puisqu’il s’appelle Consortium 3MF. Outre Microsoft, ce consortium a été fondé par les principaux éditeurs de logiciel pour le secteur (AutoDesk et Dassault Systèmes ou encore Netfabb) ainsi que des fabricants de machines (SLM Solutions) ou futurs fabricants de machines (HP), un prestataire d’impression 3D (Shapeways).

Ce consortium semble intelligemment monté puisqu’il réunit les principaux éditeurs de logiciel, garantissant une interopérabilité et une promotion du format par les éditeurs eux-mêmes. Dans le cadre de ce consortium, Microsoft a également annoncé un partenariat avec AutoDesk visant à installer la plateforme Spark de Autodesk nativement dans Windows 10. Ce qui devrait garantir un succès certain à AutoDesk dans l’utilisation de sa plateforme, Windows étant encore très largement majoritaire dans les OS grand public et entreprise. De son côté, Microsoft souhaite avoir la plateforme la plus facilement intégrée à l’écosystème de l’impression 3D afin de garantir que Windows sera l’OS choisis par les développeurs pour développer de nouvelles applications autour de l’impression 3D.

Vous pouvez retrouver ci-dessous la conférence d’annonce par Microsoft du consortium 3MF lors de sa conférence BUILD 2015 :

N’hésitez pas à nous suivre sur Twitter, Google+ ou Facebook pour être tenu au courant des actualités de l’impression 3d.

A propos de Frederic Allard

Diplômé de l’Ecole Centrale Paris où j’ai suivi une spécialisation en Génie Industriel, j’ai par la suite créé plusieurs sociétés, dans le monde du conseil puis dans le Digital. Je suis actuellement Consultant en stratégie d'intégration d'innovations technologiques comme l'impression3D dans les entreprises, au sein de la société Septine. Je suis persuadé que la digitalisation des outils de production (et donc l'impression 3D) va induire de profonds changements dans la vie des industriels, des logisticiens et finalement dans nos vies au quotidien.