Accueil » Evénements » La Plasturgie prépare l’arrivée de l’impression 3D
impression3d-federation-plasturgie-commission-prospective3d

La Plasturgie prépare l’arrivée de l’impression 3D

La Fédération de la Plasturgie et des Composites a annoncé hier le lancement d’une réflexion autour des technologies d’impression 3D. Elle a en effet lancé une commission Prospective 3D afin de réfléchir à la façon dont l’impression 3D et la fabrication additive vont modifier les business models de ses adhérents.

La commission Prospective 3D est composée d’industriels adhérents de la Fédération, auxquels sont associés des experts issus des grandes institutions de recherche nationales (Mines, CEA…). L’objectif de ce groupe est de déterminer de quelle façon l’impression 3D va impacter/modifier les business models, d’une part dans son utilisation professionnelle, mais aussi à plus long terme dans son utilisation personnelle, si celle-ci se développe.

Les objectifs plus précis assignés à cette commission sont :

  • Construire une vision sur cette technologie et les évolutions qu’elle peut entraîner pour les plasturgistes (où se situera la création de valeur dans la 3D ?)
  • Expérimenter la faisabilité de concepts avec des entreprises volontaires, avec des projets pilotes.

La commission ne se limitera pas à ces derniers, mais pourra étudier des pistes additionnelles en fonction de ses nouvelles idées en chemin (matériaux, droits de propriété intellectuelle…).

Le calendrier de la commission est d’ores et déjà arrêté, avec l’étude du sujet jusqu’à la fin de l’année 2015 et le début des projets pilote en 2016.

Nous laissons finalement la parole à Jean Martin, Délégué Général de la Fédération : « L’impression 3D mêle notamment des caractéristiques de production (rapidité, personnalisation, mais limitée à la petite série), le numérique et une adoption à priori facile et rapide pour un usage basique. Cet usage requiert un savoir-faire de plasturgiste dès lors qu’il faut travailler plus avant sur le choix de matériau et de structure. Les business existants qui correspondent à ces caractéristiques sont susceptibles de l’adopter très vite. Et de nouveaux peuvent être créés sur cette base. L’important pour un plasturgiste est d’envisager cette activité comme une activité en soi, et non pas comme un business additionnel à son activité classique. Va-t-on voir notre modèle industriel évoluer vers des fablabs ? L’impression 3D est-elle une alternative à la délocalisation par les avantages qu’elle offre ? Ce sont toutes ces questions que notre Commission 3D va devoir aborder… ».

Le lancement de cette commission est une très bonne nouvelle pour le développement des technologies d’impression 3D plastiques en France, et surtout pour leur intégration dans les chaînes de production d’acteurs industriels existants. Il nous tarde de voir les axes stratégiques que cette commission souhaitera retenir.

N’hésitez pas à nous suivre sur Twitter, Google+ ou Facebook pour être tenu au courant des actualités de l’impression 3d.

A propos de Frederic Allard

Diplômé de l’Ecole Centrale Paris où j’ai suivi une spécialisation en Génie Industriel, j’ai par la suite créé plusieurs sociétés, dans le monde du conseil puis dans le Digital. Je suis actuellement Consultant en stratégie d'intégration d'innovations technologiques comme l'impression3D dans les entreprises, au sein de la société Septine. Je suis persuadé que la digitalisation des outils de production (et donc l'impression 3D) va induire de profonds changements dans la vie des industriels, des logisticiens et finalement dans nos vies au quotidien.