Accueil » Impression 3D » Pocket3DPrinter, première imprimante 3D de poche ?
pocket3dprinter-imprimante3d-indiegogo

Pocket3DPrinter, première imprimante 3D de poche ?

Beaucoup de projets sortent sur les sites de crowdfunding afin de vous proposer des imprimantes 3D toutes mieux les unes que les autres : un prix incomparablement bas, une précision d’impression, une facilité d’utilisation déconcertante, une nouvelle technologie… Autant de promesses que de projets, qui pour beaucoup n’arriveront pas à se financer. Et s’ils y arrivent, la phase d’industrialisation n’est pas pour autant facile derrière (cf délais de retards dans l’étude réalisée par 3DHubs sur les campagnes de financement en crowdfunding d’imprimantes 3D). Aujourd’hui, nous avons décidé de vous parler de l’un de ces projets, qui s’appelle Pocket3DPrinter, qui vient de se lancer au début du mois sur IndieGogo. La promesse apparaît ici dès le nom de l’imprimante : elle est transportable dans sa poche.

Quelles sont les spécifications de cette imprimante ? Tout d’abord, elle utilise une technologie DLP et de la résine photosensible pour réaliser ses impressions. Ainsi, au bout du bras d’impression se trouve une lumière UV qui va solidifier au moment de leur dépôt des gouttelettes de résine sur le plateau d’impression. L’imprimante 3D fonctionne sur batterie : Une batterie complètement chargée permettrait des impression d’une durée de 3h. La Pocket3DPrinter est proposée en 2 tailles (fournies ici pour l’imprimante pliée – en cm) :

  • 2,5 * 15 * 18
  • 2,5 * 20 * 23

Il faut donc quand même avoir de grandes poches…

pocket3dprinter-prototype-imprimante3d

En parlant de taille, les stylos d’impression 3D pourraient vouloir lui ravir cette nomination de première imprimante 3D de poche. Surtout qu’un de ces stylos, le CreoPop, utilise la même technologie et s’est lancé sur IndieGogo en juin dernier. La différence majeure entre les deux approches est que la Pocket3DPrinter reste la première imprimante reprenant les basiques de toutes les autres imprimantes, avec notamment un plateau d’impression sur lequel on peut faire une impression 3d stable. Ce n’est pas le cas du CreoPop qui de son côté met en avant le grande liberté de supports sur lesquels il est possible d’imprimer. Et finalement, le bras humain est bien moins précis que le bras contrôlé de la machine, donc les utilisations de la Pocket3DPrinter et des stylos ne seront définitivement jamais les mêmes. Ainsi la Pocket3DPrinter semble bien mériter d’être appelée première imprimante 3D de poche.

Maintenant, est-ce vraiment intéressant ? Toute innovation n’est pas bonne à prendre, et en tout cas, elle doit être en rapport avec un besoin. Hors aujourd’hui, seules environ 200 000 personnes dans le monde doivent être équipées d’une imprimante 3D et l’utilisation d’une imprimante 3D ne semble pas encore suffisamment rentrée dans les moeurs pour que l’on ait besoin d’avoir son imprimante avec soi partout où l’on va. Si on cherche à faire le parallèle avec le marché de l’impression 2D, les imprimantes 2D portables n’ont trouvé un marché que lorsque la photo numérique s’est vraiment développée, et encore… Quelle pourrait être une utilisation d’une imprimante 3D portable aujourd’hui ? Certainement assez limitée notamment au vu des temps d’impression nécessaires…
Le prix doit également être en adéquation avec le marché. Cette imprimante 3D est vendue à 299$ (et encore non assemblée…), prix supérieur à celui auquel avait été lancée l’imprimante 3D The Micro sur Kickstarter, qui est elle-même suffisamment petite pour être transportée… Ou encore 2,5 fois plus cher que le stylo Creopop, qui pourtant utilise la même technologie…

Nous éviterons bien entendu de parler de l’amateurisme avec lequel semble être montée cette campagne (1 seule photo de prototype, floue qui plus est – cf ci-dessus), qui donne un sentiment mitigé quant à la capacité de cette campagne à aboutir. Des questions cruciales comme la façon dont ils vont faciliter ou éviter le réglage de machine après chaque trajet ne sont pas abordées. Vous aurez certainement compris le fond de notre pensée (si si, il y a quand même de très bonnes idées dans ce projet)…

Laissons donc l’aspect gadget au stylo et si vous souhaitez vous équiper d’une machine, il y aura vraisemblablement plus intéressant comme investissement.
Quoiqu’il en soit, vous pouvez retrouver leur page de campagne Indiegogo ici.

N’hésitez pas à nous suivre sur Twitter, Google+ ou Facebook pour être tenu au courant des actualités de l’impression 3d.

A propos de Frederic Allard

Diplômé de l’Ecole Centrale Paris où j’ai suivi une spécialisation en Génie Industriel, j’ai par la suite créé plusieurs sociétés, dans le monde du conseil puis dans le Digital. Je suis actuellement Consultant en stratégie d'intégration d'innovations technologiques comme l'impression3D dans les entreprises, au sein de la société Septine. Je suis persuadé que la digitalisation des outils de production (et donc l'impression 3D) va induire de profonds changements dans la vie des industriels, des logisticiens et finalement dans nos vies au quotidien.